L’accompagnement avec une doula : vivre sa grossesse et son accouchement autrement

IMG_6575 La semaine dernière j’étais au studio de Lyon 1ère au micro de Karine Boyer-Kempf pour l’enregistrement d’une émission sur L’accompagnement à la naissance.

«… pour préparer l’arrivée de votre bébé et l’accueillir dans votre vie avec le respect de vos besoins et des siens, avec le sentiment de votre propre force, de votre capacité à créer la vie, entourés de solidarité et de tendresse.» (d’après Isabelle Brabant, sage-femme)

Pour cette troisième grossesse, j’ai décidé de me faire suivre par une sage-femme libérale pratiquant l’accompagnement global et d’accoucher en plateau technique au sein d’une maternité. Cette sage-femme va me suivre tout au long de ma grossesse, sera présente à l’accouchement mais aussi après la naissance pour nous surveiller, moi et le bébé. C’est donc la même personne qui me suit de A à Z. Dans le cadre du plateau technique, je vais accoucher à l’hôpital avec la présence de ma sage-femme. Cela permet de bénéficier de l’infrastructure hospitalière, sans qu’une autre présence médicale ne soit requise lors de l’accouchement. Des accords sont passés entre l’équipe médicale et les sages-femmes libérales ayant accès au plateau technique.

Mais j’ai surtout eu envie de me faire accompagner par une DOULA.

doula1 Une doula ? mais késako ?

Et oui la doula est encore peu connue en France et c’est bien dommage !

Pour reprendre la définition de  Raphaëlle Noden dans son article sur la journée des Doulas de France (http://doulas.info/la-journee-des-quoi/) :

UNE DOULA N’EST PAS :

  • Une sage-femme
  • Une radicale anti-médecins et contre l’accouchement hospitalier
  • Une fanatique de l’accouchement à la maison de préférence dans la piscine avec le mari, les enfants, la grand-mère et le chien
  • Une sorcière qui joue avec des osselets et fait des potions magiques
  • Une grosse hippie qui joue du tambour chamanique en chantant “aya gaïa maya yayaya” dès les premières contractions
  • Une inconsciente qui fait bouillir les serviettes et assiste seule à des accouchements, éclairée à la bougie au fond d’une caverne boueuse
  • Une mère poule avec dix marmots qu’elle allaite jusqu’à 6 ans
  • Une féministe chienne de garde autoritaire qui impose la seule et unique “bonne façon de faire”
  • Une secte
  • Une fan de yoga, bouddhiste, qui vit dans une yourte et qui fait son pain

doula-word-mapALORS C’EST QUOI UNE DOULA ? 

Ma famille (et même mon homme je pense !) ne sait pas vraiment pourquoi je fais cette démarche mais pour moi il est clair que je ne veux pas reproduire les erreurs du passé. Entendez par là…

  • Fini la grossesse hyper médicalisée (monito à gogo, cachetons à profusion !)
  • Fini la sensation que mon corps ne m’appartient pas (quand je pense que j’avais interdiction de toucher mon ventre !)
  • Fini le « OUI, AMEN » au corps médical (bein oui quand t’as trop peur tu ne raisonnes plus !)
  • Fini l’accouchement sur une table avec les pieds dans les étriers et le monito autour du ventre (place à l’accouchement physio !)
  • Fini la péridurale extra dosée (et la peur de rester paralysée !)

JE VEUX FAIRE AUTREMENT !

Mais pour pouvoir vivre la grossesse et la naissance autrement, il faut être accompagnée, guidée, orientée, écoutée du début de la grossesse jusqu’au moment de l’accouchement. Il faut une présence féminine rassurante, une relation de complicité, de confiance et d’intimité de femme à femme.

Voilà c’est ça le rôle d’une doula, un accompagnement dans la continuité et un soutien avec une écoute des besoins de la future maman et du futur papa.

Les doulas m’ont toujours intriguée mais je connaissais encore peu leurs métiers et ce qu’elles pouvaient m’apporter. C’est lors de la lecture d’un article écrit par Steph du blog Maman moderne politiquement incorrecte sur une rencontre de mamans blogueuses, que j’ai eu une révélation ! En allant sur le site de la doula mentionnée par Stéphanie, j’ai immédiatement compris que c’est ce qu’il me fallait, ce que je cherchais, ce que j’aurais aimé avoir pour mes deux premières grossesses.

J’ai rencontré ma doula au tout début de ma grossesse. Une première rencontre de deux heures à la maison où j’ai pu déballer tout mon sac (ou plutôt mon fardeau) quant à mes deux premières grossesses. Des grossesses hyper médicalisées et deux accouchements où je ne me suis pas sentie du tout maître de mon corps mais plutôt comme un pantin du corps médical. J’ai également pu lui dire ce que je ne voulais PLUS.

Elle m’a écoutée, tout simplement, sans me juger, en me poussant parfois à m’interroger sur les raisons de mes sentiments. Elle m’a également expliqué son rôle, ce qu’elle pouvait m’apporter. J’ai compris qu’avec elle je pouvais aborder tous les thèmes qui me tenaient à cœur, que je pouvais parler librement de mes angoisses de femme enceinte. Je peux la contacter n’importe quand, elle est là, elle me répond. Quel soulagement pour moi !

Son accompagnement ne va pas se limiter à la grossesse et à l’accouchement mais peut aussi continuer pendant toute la période post natale, cette période où l’on se sent souvent seule et isolée, quand les doutes et les peurs surviennent mais qu’on ne sait pas vers qui se tourner. La doula est là.

2

Je sais qu’elle sera là à chaque étape importante de cette grossesse et je me sens en sécurité même si la doula n’a pas de formation médicale et ne remplace pas la sage-femme, on est bien d’accord. Il s’agit d’une sécurité qui va bien au-delà…

Pour info, des études ont montré les bénéfices liés à l’accompagnement par une doula :

  • accouchement plus facile
  • diminution de 50% des césariennes
  • diminution de 25% de la durée du travail
  • diminution de 60% du recours à la péridurale
  • diminution de 40% de l’utilisation d’ocytocine pour accélérer le travail
  • diminution de 30% du recours aux analgésiques pour soulager la douleur
  • diminution de 30% de l’utilisation de forceps
  • allaitement prolongé et taux d’allaitement plus élevé

RIEN QUE CA….ça donne à réfléchir non ?

Je rajouterai à liste « diminution de 90% de la peur d’aller accoucher » !

Je sais que j’ai vraiment besoin d’une présence à l’accouchement pour éviter la péridurale, pour éviter d’être livrée à moi-même, seule face à la souffrance, ne sachant pas comment la gérer, avec toutes les peurs qui vont me traverser l’esprit, pour éviter tout simplement LA SOLITUDE.

Je sais que ma doula me donnera la force d’aller jusqu’au bout, d’être en confiance quand à ma capacité de donner la vie et au final d’être fière d’avoir mis au monde un petit bout dans le respect, l’intimité et la douceur.

doula-gioia-albano

Ma doula s’appelle Vanessa et elle est EXTRA.

Bientôt, vous aussi, vous apprendrez à la connaître, vous la rencontrerez à travers mon blog.

IMG_6574 une petite photo en attendant ! 

Plus d’infos sur les doulas : http://doulas.info/

emission_PAP L’émission sur le thème de L’accompagnement à la naissance sera diffusée le 21 janvier 2015 sur la Radio Lyon 1ère.

 

 

 

8 réflexions sur “L’accompagnement avec une doula : vivre sa grossesse et son accouchement autrement

  1. Tu as de la chance de bénéficier d’une maternité qui accepte les sages femme libérales, ce n’était pas mon cas quand j’ai accouché de mon fils.
    Je m’étais toujours dis que je ne demanderais pas la péridurale, je m’en sortais plutôt bien jusqu’à 7 de dilatation, les sages femme de l’hopital passaient toutes les 10 minutes me demander si je la voulais, en insistant lourdement parfois .. J’ai cédé.
    Ayant des disques lombaires abîmés, l’anesthésiste à du s’y reprendre 4 fois avant de ma la faire convenablement, il à mis 30 minutes à me la poser, 30 minutes pendant lesquelles je ne pouvais ni bouger ni crier bref ou j’étais esclave de mes contractions sans pouvoir les dompter. Puis apres obligation d’être allongée sur le dos, pas le droit de toucher mon ventre ni rien et la douleur était toujours aussi intense. Bébé arrive et là on me dit  » Oh bah on a oublié de brancher votre péridurale au bouton pour envoyer le produit  » ..

    Bref tout ça pour dire que tu as beaucoup de chance d’avoir trouvé cette  » méthode  » ! 😉

    J'aime

    • Coucou, oui je sais que j’ai la chance de pouvoir bénéficier de cette structure qui est à une trentaine de kms de mon domicile. J’espère que ce troisième accouchement sera complètement différent des autres et que le fait d’être accompagnée me permettra d’aller jusqu’au bout et d’accueillir ce petit être dans les meilleures conditions possibles. On voit tellement d’accouchement non respecté, où il se passe des trucs de dingue, où l’on ne se sent plus maître de son corps. Merci en tout cas pour ton témoignage et merci de me lire 🙂 A bientôt !

      J'aime

    • Bonjour Bruno ! Et pourtant…le papa a un rôle primordial dans l’accompagnement de sa femme lors de la grossesse et de l’accouchement 😉 Et ce rôle est largement mis en valeur et prend toute son importance en plateau technique. A bientôt 🙂

      J'aime

  2. Pingback: Emission radio de Parents à Parents : l’accompagnement à la naissance pour une naissance respectée | Ma Vie de Special Mother

  3. Pingback: Projet de naissance et roue de la naissance #Spécial SMAR (semaine mondiale pour l’accouchement respecté) | Ma Vie de Special Mother

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s