Une rencontre spéciale et inattendue, un nouveau départ pour mon bébé et moi

Lors du Salon Baby de Lyon, et après avoir bien marché et discuté toute l’après-midi avec les exposants, je suis tombée sur un stand un peu à part. Trois femmes étaient là et m’ont attirée.

DSC02644 De gauche à droite :

Agnès Dubuisson : est consultante en parentalité et organise au sein de la structure Emergences Matricielles dans la région d’Annecy des conférences, des stages (Devenir parent ou encore Accompagner, éduquer son enfant, développer ses compétences parentales) et des groupes de parole (difficultés maternelles burn out parental), des formations (pour le personnel de la petite enfance)

Céline Alexandre : Énergéticienne, elle a créé un centre de Re-Sourcement en Auvergne  (centre de développement personnel, familial et professionnel : Reiki, Yoga, Relaxation, Chromothérapie, Coaching, Gestion Emotionnelle) et reçoit dans un cabinet en Savoie

Ludivine Rebours : est praticienne en Communication Profonde Accompagnée®  « CPA « , en Souffle de Vie, Eveil du Cœur et organise des ateliers, des conférences ou encore des séminaires pour vous accompagner vers la libération de vos schémas de dépendance et vers la reconnexion à vos ressources personnelles pour devenir votre propre guide et reprendre votre vie en main.

Sur le stand, un panneau avec les termes Parentalité, Méthode Vittoz, Sophro-analyse, sur le coin d’une table, des élixirs floraux, tout ça me parle…

DSC02648 Mais je vois aussi « Les nouveaux Enfants » et cela m’intrigue.

Je m’approche, un peu timidement…mais rapidement je leur parle de mon fils aîné qui a des troubles dys et de mon mini qui parle comme un adulte, qui veut toujours être grand et aller vite… Je les sens réceptives, elles s’intéressent à ces enfants dit « différents » et au besoin d’accompagnement particulier qui en découle. Ludivine les appelle « les nouveaux enfants » et vous verrez pourquoi et comment les accompagner dans son interview à la fin de l’article.

Puis on parle de ma grossesse. Je venais de passer mon écho du 5ème mois quelques jours auparavant et mon bébé avait peut-être une malformation. Un diagnostic très difficile à entendre, à réaliser, à concevoir…et j’étais dans l’attente d’un diagnostic anté-natal dans un grand hôpital, 1 semaine d’attente, c’était long, très, très long. Une semaine très angoissante où j’avais mis entre-parenthèse ma grossesse sans le vouloir vraiment mais certainement pour me protéger d’une éventuelle annonce.

Vu mon état, elles m’ont proposé une séance avec deux praticiennes. J’ai tout de suite accepté, ressentant un besoin profond d’être aidée à ce moment-là.

Elles m’ont fait installé au sol sur des coussins au beau milieu du salon mais cachée de la vue de tous.

DSC02645 La séance a démarré avec Ludivine qui me tenait la main pour se mettre à l’écoute de mon inconscient,  de ma nature profonde et de celle de mon bébé. Quand à Céline, elle était assise à côté, les yeux fermés, en position de méditation, pour ressentir les énergies et sensations émanant de cette séance. Je sais cela peut paraître étrange…

Ludivine a commencé à parler au nom de mon bébé et a su me dire exactement ce que je ressentais et a transposé en mots ce qu’il ressentait. Je ne vous décrirai pas en détail ce qu’elle m’a dit car c’est très personnel mais cela a eu un impact énorme, une prise de conscience incroyable.

Depuis le début de la grossesse, j’avais du mal à entrer en connexion avec mon bébé sans savoir vraiment pourquoi et cela me frustrait énormément. Après l’écho du 5ème mois c’était encore pire ce qui avait pour conséquence d’angoisser mon bébé. J’ai pris conscience que je ne m’autorisais pas à entrer réellement en contact avec lui par peur de le perdre, par peur de ne pas arriver au bout de cette grossesse, pour me protéger en quelque sorte. Je ne voulais pas trop m’attacher…d’ailleurs je vivais comme si de rien n’était. Avec mon rythme effréné de maman de deux enfants, de travail à plein temps, je n’avais que très peu de temps à lui consacrer finalement et ça m’arrangeait bien, comme ça le temps passait plus vite.

Je me suis rendu-compte également que l’histoire de nos ancêtres est inscrite au plus profond de nous-mêmes. Les événements vécus dans le passé par d’autres générations sont enregistrés et on appelle cela la « mémoire cellulaire ». Parfois ces mémoires peuvent avoir un impact défavorable sur notre vie, déjà dans le ventre maternel.

Ces deux praticiennes ont donc réalisé un « travail de nettoyage » sur mon corps. Quelques jours après cette séance, j’ai réalisé quelques rituels sur leurs conseils.

Des mots sont restés gravés dans ma mémoire :

« votre bébé est en joie, il a hâte de vous rencontrer et c’est un bébé pressé » (bizarre quelques jours après j’étais arrêtée pour MAP, menace d’accouchement prématuré)

« mais -il est très angoissé, il faut entrer en contact avec lui, il faut lui parler à votre bébé, ça va le rassurer, il a besoin que vous chantiez pour lui » (lors de ma dernière séance avec ma sage-femme, je me suis rendue compte du bénéfice du chant sur mon bébé et je vais prendre quelques cours de chant prénatal)

Cette séance a transformé ma relation avec mon bébé. Depuis, je fais de la méditation quasiment tous les jours avec des enregistrements spéciaux pour la grossesse, pour entrer un maximum en contact avec lui, essayer de saisir ce qu’il a à me dire, comment il se sent…

Et si cela vous intrigue et vous voulez en savoir plus, voici un petite interview de Ludivine Rebours au sujet de ma séance :

Vous êtes entrés en contact avec mon inconscient et celui de mon bébé, comment cela se matérialise et s’exprime en vous ? 

Pour se faire tout d’abord, je m’assure d’être bien dans mon corps, de vraiment le sentir bien ancré à la terre, en somme d’ETRE bien là dans l’instant présent. Puis, je me centre dans mon intériorité, je demande intérieurement l’autorisation d’entrer en contact avec la personne (qui me l’a autorisée verbalement bien évidemment avant)  et je laisse venir à moi image, sensation corporelle, son. Je suis un peu comme un poste de radio et TV, je me mets sur la fréquence de la personne et je reçois l’information puis je la laisse sortir par ma bouche. Tout ce que nous savons, tous nos souvenirs, nos mémoires sont  comme un champ qui circule autour de nous, il est donc possible de retranscrire cette information.

Qu’avez-vous ressenti lors de ma séance ?

J’avoue ne plus me souvenir des séances que je réalise, j’oublie automatiquement qq min après la séance ce qui a pu être partagé.

Vous avez abordé un passé lourd, pouvez-vous expliquer en quoi consiste la « mémoire cellulaire » et ce qu’on appelle le « transgénérationnel » ? En quoi les traumatismes subis dans le passé, les non-dits et les secrets de famille influent sur nos vies alors même que nous sommes dans le ventre de nos mères.

Tout ce que nous avons vécu depuis notre premier jour dans le ventre de notre mère jusqu’à aujourd’hui est enregistré en nous, dans notre mental (autour de notre cerveau). Il est également reconnu aujourd’hui que nous héritons également des mémoires de nos ancêtres comme nous héritons de traits physiques, voire de maladie.

Des émotions, des comportements peuvent nous être transmis. Et par loyauté familiale nous les acceptons.

Ce qui n’a pas été dit ou accepté dans l’arbre un descendant par loyauté familiale va adopter le comportement, les émotions  afin que la vérité ou que l’injustice soit mise à jour et réparée. C’est comme une force en nous, que nous ne maîtrisons pas qui nous pousse à avoir un comportement, à faire, à subir  des choses qui ne nous conviennent pas.

Des thérapies comme les constellations familiales, la psychogénéalogie ont mis en évidence ces phénomènes.

En comprenant ce qui c’est passé, en rendant hommage à l’ancêtre ou “aux victimes” de nos ancêtres, nous libérons l’ancêtre, l’arbre, nous même et nos descendants.

Qu’est ce que l’on va essayer de réparer

  • Exclusion d’un membre de la famille pour un comportement réprouvé (fille mère)
  • Souffrance pas supportable  ressentir de la tristesse, perdre des enfants (avorter)
  • Perte de femme morte en couche, perte d’enfant..
  • Réparer la faute d’un ascendant qui n’a pas pris la responsabilité  de ses actes.

Exemple : j’ai accompagné un jeune garçon qui se faisait taper  dessus à l’école par ses camarades, car un ancêtre à lui se sentait coupable d’acte de tuerie (pendant la guerre) et qu’il ne s’est jamais pardonné, il aurait souhaité être puni pour cela. Le jeune garçon avait en parallèle dessiné une école prison et inconsciemment il considérait l’école comme tel et se laissait se faire corriger par d’autres enfants comme pour assouvir la punition que n’avait jamais eu son ancêtre. En entendant, la douleur de son ancêtre, sa peine, son chagrin d’avoir commis ces actes, l’enfant s’est libéré et désormais, il n’attirait plus cette énergie à lui et a retrouvé une joie de vivre et de bonnes relations à l’école avec ces camarades.

Il est courant que c’est durant la période prénatale, que nous choisissons ce que nous allons transformer dans l’arbre généalogique. Souvent, les mémoires se rappellent à nous dès que l’on commence à vivre des émotions plus ou moins désagréables dès la période fœtale. Cela peut se déclencher parce que nos parents se sentent mal, qu’ils préfèreraient un garçon plutôt qu’une fille, que le petit frère ne veut pas d’un autre enfant…Il y a toujours plein d’occasions pour réveiller une mémoire.

Des mémoires émotionnellement très fortes, peuvent faire peur au bébé et celui-ci peut également décider de ne pas venir au monde, alors il peut se mettre en siège, le cordon peut se mettre autour du coup (c’est souvent le cas dans des cas de mort par étouffement, ou d’impossibilité de parler vécu par des ancêtres).

Egalement pour la maman et le papa la venue au monde d’un enfant peut réactiver des mémoires transgénérationnelles et mal vivre la grossesse. Par exemple, si dans l’arbre la naissance des deuxièmes enfants s’est mal passée, cette mémoire inconsciente peut surgir et les parents auront peur de perdre cet enfant. L’enfant quand à lui sentira la peur de ses parents et pourra se sentir coupable de leur faire vivre tant de frayeur. Il pourra ainsi faire la promesse de ne jamais quitter les gens qui l’aiment car cela fait trop souffrir. Et à l’âge adulte il pourra avoir du mal à cesser certaines relations mêmes toxiques pour eux.

Lors de notre rencontre, vous m’avez parlé des « enfants nouveaux », qui sont-ils ? Comment les accompagner ? Que proposez-vous ?

Ce que j’appelle les nouveaux enfants ce sont les enfants qui ont entre 0 et 25 ans.( il y en a eu avant). Ce qui les caractérise c’est qu’ils se disent déjà grands même tout bébé, ils font preuve d’une grande maturité, et veulent aller plus vite comme si ce temps de l’enfance leur semblait un peu une perte de temps ( marche tôt, plus de quatre pattes…). Aujourd’hui on les repère souvent car on va leur trouver des dysfonctionnements dys ( dyslexique, dysorthographique,…) ou HYper (actif, ..), également trouble autistique, boulimie, anorexie, maladie auto immune, déscolarisation…..

En effet, ces enfants quand ils ne sont pas compris vont très vite développer des dysfonctionnements.

Ce qui les différencie de nous c’est qu’ils utilisent leur cerveau droit et la grande majorité des plus de 25 ans le gauche.

–          Cerveau Droit :

régit la vision globale, le sens artistique, l’intuition.

Ils vont appréhender des situations comme un bloc. fonctionne en images, pour le « cerveau droit » il n’y a pas de pensée qui se déroule, c’est un flash, une image qui contient toute l’information.

–          Cerveau Gauche :

la pensée analytique, de la focalisation, de la rationalisation

un « cerveau gauche » fonctionne en linéaire, c’est-à-dire qu’il y a une pensée qui se déroule,

Hors tout notre système d’apprentissage  et scolaire est conçu sur le modèle analytique du cerveau gauche.

Et je suis convaincu qu’en étant connecté à leur ressenti, leur véritable nature, ils viennent transformer le monde, ils sont là pour transformer les structures, les règles afin de vivre, dans le partage et surtout en fonction de nos envies profondes (plus d’empathie, d’amour, de cohésion, d’entre aide)

Comment les Accompagner :

Accepter qui ils sont? La hiérarchie n’existe plus.

Ils sont nos égaux : ce sont des maîtres de l’éveil, de l’écoute de leur nature profonde.

Nous sommes les maîtres de l’Incarnation et des règles de la matière.

Se poser en témoin bienveillant, les regarder, les écouter sans les juger.

Mettre un cadre souple mais ferme.

Les sécuriser dès les premiers jours, présence accrue des parents, de la peau de la maman.

Cohérence, rigueur et vérité. Attention, ils lisent dans les pensées et connaissent nos failles.

Honnêteté envers eux et nous.

Donner du sens

Les aider à s’ancrer :

– Activité autour de la terre, la nature

– La danse ou on tape du pied (celte, irlandaise, tribal, haka) Danse sacrée qui relie la terre et le ciel

– Sport de glisse ( développe l’équilibre ,maitrise du corps, ancrage)

– Les arts martiaux

–  Les Sécuriser pour un grand Oui à la vie.

Dans le cadre d’hyperactif par exemple:

– Limiter les sources de stimulations :écran, nourriture, couleur.

– cadre sécurisant, des rituels

– jeu créatif ( construction-légo) de stratégie

– de l’activité physique

– l’espace

– du temps libre pour jouer

– les laisser faire plusieurs choses à la fois.

– établir des contrats ( échange et responsabilité partagés, avec des choix)

– beaucoup d’encouragement pour aller au bout des choses

Travail sur notre propre nature profonde, se poser en témoin bienveillant de nous-mêmes.

Ce que je propose :

J’accompagne les parents avant, pendant et après la naissance en entrant en contact avec leur inconscient et en transformant les mémoires qui peuvent bloquer la conception, engendrer une grossesse difficile, un accouchement difficile. J’accompagne toute la famille après la naissance : problème d’angoisse, sommeil difficile, énurésie, propreté, problème de peau….

Egalement, j’anime des ateliers ou j’explique aux parents tout un cheminement possible pour avoir un enfant, l’accueillir dans les meilleurs conditions, ce qui existe comme méthode douce. Comment l’accompagner dans les premiers jours, mois, années? Comment se poser en témoin bienveillant d’eux mêmes et de leur enfants.

Une liste d’ouvrages à lire que vous pouvez nous conseiller ?

Les Enfants « actuels » : Le grand défi « cerveau droit » dans un univers « cerveau gauche »

 CPA : un chemin vers l’Etre par la Communication Profonde Accompagnée

 Aïe, mes aïeux ! (transgénérationnel)

6 réflexions sur “Une rencontre spéciale et inattendue, un nouveau départ pour mon bébé et moi

    • Oui je comprends Melle Nanou, pour moi aussi c’était une séance très étrange mais j’avoue que depuis ma relation avec mon bébé a vraiment changé !

      J'aime

  1. Pingback: Communiquer avec bébé pendant la grossesse : outils et techniques #hapto #chant prénatal #méditation | Ma Vie de Special Mother

  2. Bonjour,
    très heureuse de vous avoir retrouvée sur ce blog. Je commence à me familiariser avec les réseaux sociaux et à comprendre comment ça marche. Le bébé doit être né maintenant, comment va-t-il ? et vous ?
    Mon bébé à moi, ne va pas tarder. Il s’appelle : choisir la vie, se préparer à devenir parents, concevoir un monde nouveau. Vous aurez peut-être envie de lui consacrer un article ?
    A très bientôt, cordialement,
    Agnès

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s