Vivement que tu grandisses…SOS d’une maman en détresse

Aujourd’hui j’ai 35 ans et je suis maman pour la troisième fois. Aujourd’hui on m’a souhaité plein de bonheur ou encore que cette journée soit remplie de joie. Aujourd’hui c’est mon anniversaire et ma journée a été remplie de pleurs, ceux de mon petit papillon et les miens…

Tu n’as que 7 semaines et j’ai déjà cette petite phrase qui me trotte dans la tête chaque jour qui passe

Vivement que tu grandisses

Cette pensée quotidienne m’empêche de profiter du moment présent, de profiter de toi. J’aimerais pouvoir me dire autre chose, j’aimerais plutôt me dire

Quel bonheur de t’avoir à mes côtés chaque jour

Pourtant tu l’es mon petit bonheur, mon petit ange et tu n’y peux rien si ces pensées négatives me hantent. Toi tu ne demandes que de l’attention, de l’amour, de la tendresse, de la patience…

de la patience je n’en ai pas devant tes pleurs quotidiens,

de la tendresse j’ai du mal à t’en donner quand tu hurles de toutes tes forces dans mes bras,

de l’amour j’en ai beaucoup à te donner mais j’ai l’impression de ne pas savoir comment faire,

de l’attention je n’en ai plus que pour toi, j’ai l’impression de ne plus faire autre chose de mes journées. C’est normal me direz-vous, c’est un bébé qui a besoin de toi. Te nourrir 9 fois par jour, te porter, te changer la couche, te bercer, te donner le bain, manger avec toi, tenter encore et toujours de calmer tes pleurs…quand tout se passe dans les cris et bien ça me pèse…

Cet équilibre que nous avions trouvé à quatre est complètement bancal. J’ai deux autres enfants et je me sens comme une maman fantôme. Où est passée la complicité géniale que nous avions avec mini, le temps passé à jouer ensemble, à se câliner, à se dire des « je t’aime » à tout va ? 

Mini veut tout le temps te toucher, te faire des bisous, des câlins, surtout quand tu essaies de t’endormir. C’est un petit garçon bruyant, qui parle tout le temps alors quand tu viens juste de t’endormir après 30 minutes de crise de pleurs j’avoue je ne supporte pas. Je passe donc mon temps à lui dire « Chut ! tu fais trop de bruit » ou encore « laisse le tranquille, ne touche pas sa tête » et j’en passe…mais lui du haut de ses 4 ans ne comprend pas car faire du bruit, c’est normal, être proche de son petit frère parce qu’il l’aime trop, c’est normal. Le problème c’est que les rares moments où tu dors sont précieux car cela veut dire que tu ne cries pas.

De son côté, ton plus grand frère s’enferme dans sa chambre, joue à la console, s’isole pour ne pas t’entendre pleurer car les cris sont très difficiles à supporter pour lui à cause de son hypersensibilité. Il doit se demander ce que tu as, si tu souffres…

Tes cris je ne les supporte pas non plus.

J’ai cette sensation, là, dans ma poitrine puis au creux de mon ventre, dans mes tripes, cette sensation étrange… Un mélange d’angoisse, de peur, voire de colère chaque fois que tu commences à pleurer. Je ne sais pas pourquoi…mais ça m’épuise, mentalement surtout, physiquement aussi puisque porter un  bébé qui hurle c’est fatiguant, faire les cents pas, en avant, en arrière, sur le côté…

Alors je déteste être seule car être seule signifie n’avoir que deux bras, ne jamais être soulagée quand je sens que je vais craquer. J’aime avoir une personne à côté de moi, ça me rassure, au cas où…je te confie à elle et ça me permet de prendre quelques minutes pour souffler, juste prendre quelques inspirations, me détendre le dos ou encore prendre une douche au calme.

Je te demande pardon, tu dois me trouver bien mauvaise mère, incapable de te calmer, incapable de te comprendre. Je n’arrive même plus à distinguer tes pleurs de faim de ceux où tu as mal ou encore de ceux qui se traduisent par « j’ai sommeil ». Pour moi tes pleurs sont tous les mêmes et m’empêchent d’être sereine et détendue.

Heureusement tu as quelques rares moments d’éveil calme où tu nous prouves que tu es capable de sourire, où je profite de ces instants pour te mettre dans les bras de tes frères, où j’essaie de te faire la convers’ au cas où tu me répondes par des gazouillis ou des « areuh » qui me font fondre. Et là je souris, j’apprécie ces moments et j’aimerais qu’ils soient plus nombreux mais pour cela il faut que tu grandisses.

Pour cela il faut que tes coliques s’arrêtent,  que ce foutu RGO s’en aille, pour cela il faut du temps, rien que du temps. Et je trouve que le temps passe tellement lentement en ce moment et chaque matin quand je me réveille, je me dis encore une journée à affronter. Le pire c’est que ton papa reprend bientôt le travail et j’ai peur que la petite boule d’angoisse qui m’habite déjà se transforme en sphère géante m’envahissant totalement.

Et puis il y a des jours où je relativise, où je me dis que tout va bien, que je suis juste fatiguée ou angoissée. Il y a des jours où je me dis qu’il y a bien pire dans la vie, que je devrais être heureuse, qu’un bébé ce n’est que du bonheur, que je n’ai pas le droit de penser ça, qu’il faut que je profite de chaque jour de la vie, à tes côtés.

Parce que je sais qu’un jour je vais me réveiller à tes côtés et me dire que tu as grandi trop vite, que je n’ai pas vu le temps passer et que je vais regretter de ne pas avoir profité de ces moments où tu étais lové contre moi, ces moments où je te berçais, ces nuits où je te donnais le sein, ces moments rien qu’à nous.

L’année prochaine, le 19 août, le jour de mon anniversaire, tout ça ne sera qu’un mauvais bon souvenir, tu auras un peu plus d’un an et j’espère que j’aurai traversé cette période sans tomber trop bas, j’espère que je continuerai à t’allaiter, que je n’aurai pas abandonner par épuisement, j’espère que tu apprécieras encore de t’installer dans un porte-bébé pour une petite sieste…

L’année prochaine à cette même date je sais que tu me combleras de bonheur, mon petit papillon.

IMG_1907[1]

Je t’aime, n’en doute jamais.

P.S. : ce soir après une énième crise de pleurs lors du bain, j’ai complètement craqué et je me suis adressée à lui, les yeux embués de larmes. Je lui ai parlé, de mes sentiments surtout. Et là il s’est arrêté net, m’a fixé d’un regard intense et m’a parlé en retour aussi. C’était juste magique, d’une telle intensité…je crois que c’était nécessaire…

Rendez-vous sur Hellocoton !

concours_familiJe vous invite à soutenir mon blog chaque fois que vous verrez ce petit message.

Un grand merci à tous ! Pour voter c’est par ICI !

18 réflexions sur “Vivement que tu grandisses…SOS d’une maman en détresse

  1. Comme j’aimerai pouvoir te prêter mes bras un moment 😊 je n’ai pas eu de bb avec un rgo mais j’ai eu un bb qui pleurait beaucoup. Quand mon gnome est né,j’ai du me battre contre une vilaine maladie. Quand j’étais a l’ hôpital il pleurait toute la journée. Et refusait de manger. Un médecin m’a dit qu’il ressentait mes angoisses. Alors parle avec ton petit papillon cela n’enlevera pas sa douleur mais atténuera tes angoisses et les siennes. Bon courage et laissez vous le temps d’apprendre à vivre à 5. Bon courage 😍

    Aimé par 1 personne

  2. Je me retrouve tellement dans votre récit que les larmes me sont montées…
    J’ai ressenti la même chose et ressent encore parfois cette angoisse qui m’envahit…
    Bon courage à vous et à petit papillon
    Ça satané reflux leur fait vivre des débuts bien difficiles…

    J'aime

  3. J’ai l’impression que tu as mis des mots sur toutes ses émotions qui me submergaient il n’y a pas très longtemps de ça. Je me sentais tellement mal et mauvaise mère… ses pleurs me faisaient perdre mes moyens. J’étais colère, désemparée et irascible. Je n’avais plus de patience avec ma grande et par moment je n’en avais plus pour la petite.
    Elle va mieux, même si son reflux est encore là. Surtout elle ne souffre plus autant et j’ai découvert un bébé souriant et moi je retrouve mes repères de maman qui sert à quelque chose.
    J’espère de tout coeur que ca va vite passer ❤

    J'aime

  4. Ho combien votre récit me touche… Mon deuxième enfant pleurait sans cesse également, le soir rien ne le consolait, et mon mari bossait de nuit souvent… C’était très dur. Oui ça passera un jour, en pleine tempête on a du mal à garder la tête hors de l’eau, mais un jour ça passe… J’espère que vous pouvez souffler un peu de temps en temps, prendre du temps pour vous, pour passer du temps avec les autres enfants, ou si ce n’est pas encore le cas, ça va venir 🙂
    Plein de courage à vous, vous êtes extra 🙂

    J'aime

  5. Bonjour Special Mother, C’est super d’écrire tout ce que vous ressentez, cela fait du bien de poser un peu son baluchon, il faut juste penser à ne pas le reprendre et çà je suis sûre que c’est difficile. Mes grossesses se sont terminées dans l’urgence; la 1ere, c’est moi qui était au plus mal durant 3 semaines. Lorsque mon bébé hurlait à côté de mon lit, je ne pouvais le prendre, j’étais allongée à côté, je ne pouvais que tourner ma tête et regarder. Ne pas pouvoir se lever, le prendre …Cette impuissance fait mal. La 2eme, c’est le vide. Nous étions séparés, je l’ai juste vu partir dans une énorme couveuse médicalisée. Moi dans une ville, le bébé dans une autre. Une semaine avant que je puisse me déplacer pour aller voir ce/mon bébé quelques minutes. Tout ce temps, j’entendais les cris des autres. Je ne sais pas ce qui est le mieux: entendre, ne pas entendre.
    Mais je termine sur une note rigolote pour vous :
    j’ai vu cet été 2 mamans dans des lieux différents, chacune avec leurs poussettes, elles avaient un casque sur les oreilles, l’air joyeux, pétillant et promenaient leurs bambins qui hurlaient, hurlaient … Cela vous donne des idées? 😉
    Je vous embrasse

    J'aime

  6. Ne pas paniquer, cette pensée c’est celle de la DPP, dépression du post partum, il faut libérer la parole en parler! Pourquoi pas à la sage femme lors de la rééducation de périnée, trouver un moyen de confier les chenilles pour dormir ne serait-ce qu’une heure ou deux. Ne pas se laisser submerger sinon on ne s’en sort pas! Je suis passée par là oh oui!! Courage

    J'aime

  7. Comme je me retrouve dans votre récit … Bebe de biemtot 4 mois et un fichu RGO il hurle dés quil nest pas dans l’echarpe de portage … Ma boué de sauvetage mon oxygène … Je survie grace a sa ! Seulement pour prendre une douche ect… Je doit bien le poser et s’ est le drame … Les trajets en voitures sont une torture ! Il commence la nounou dans 3 semaines et je suis tres tres inquite sur comment sa va se passer chez elle ! Je vais avoir beaucoup de mal a supporter qu’il pleurs toute la journée et sur les réactions de la nounou !!!

    J'aime

  8. Bonjour,

    Merci de mettre toutes ces émotions en mots, et merci pour le partage si intense en ps.

    Un outil à tester dans cette lignée :
    http://www.communicationconnectee.com

    Et peut-être que cela ne changera rien mais au cas où, je vous partage que j’ai pu constater que chez nous notre fille (5 mois, premier enfant) a des phases de pleurs, de baisse de concentration, d’agitation et d’augmentation de la sensibilité très visibles dès que mon alimentation inclue autre chose que des fruits et légumes crus. Un minuscule apport de sel, ou n’importe quoi de stimulant ou excitant dans mon alimentation la fait changer d’état dans les heures qui suivent ! Mes propres émotions jouent parfois aussi mais rien de comparable… Dans tous les cas bon courage à vous

    J'aime

  9. Bonjour,

    Merci de mettre toutes ces émotions en mots, et merci pour le partage si intense en ps.

    Un outil à tester dans cette lignée :
    http://www.communicationconnectee.com

    Et peut-être que cela ne changera rien mais au cas où, je vous partage que j’ai pu constater que chez nous notre fille (5 mois, premier enfant) a des phases de pleurs, de baisse de concentration, d’agitation et d’augmentation de la sensibilité très visibles dès que mon alimentation inclue autre chose que des fruits et légumes crus. Un minuscule apport de sel, ou n’importe quoi de stimulant ou excitant dans mon alimentation la fait changer d’état dans les heures qui suivent ! Mes propres émotions jouent parfois aussi mais rien de comparable… Dans tous les cas bon courage à vous

    J'aime

  10. Bonjour
    Tres beau texte.. mettre des mots, ne pas se cacher ce que l’on ressent.. c’est déjà permettre d’aller mieux. J’ai été tres touchée par votre texte.. Meme si je n’ai jamais ressenti cela avec mes enfants, je trouve que c’est un texte d’amour.. Que les jours qui arrivent vous voient plus rassurée… Pleins de bonnes ondes pour vous et votre petite famille..

    J'aime

  11. Ce que tu décris est le quotidien de tellement d’entre nous… Mais peu osent l’avouer.
    Quand on me disait  » tu verras, c’est QUE du bonheur », aujourd’hui, je me dis qu’ils m’ont menti!! Ce n’est pas QUE du bonheur, c’est aussi de l’angoisse, de la colère, de la peur mais aussi du bonheur heureusement.
    Je n’ai pas eu un bébé pleureur, mais j’ai vécu aussi des moments difficiles, surtout difficiles pour moi finalement. Me sentir bien seule face à ce petit bout, ne pas être suffisamment épaulée etc… Puis maintenant, il a 11 mois et les journées sont parfois très difficiles. Aujourd’hui, j’ai craqué. J’ai crié sur mon bébé parce que je n’en pouvais plus de l’entendre chouiner plutôt que de dormir.Il ne pleure pas, il râle et quand la fatigue et l’accumulation de petites choses sont là, c’est difficile.
    Heureusement, tout passe et tout sera bientôt derrière nous. Le cerveau est drôlement bien fait. Quand tout est passé, on ne se souvient généralement que des bons souvenirs et plus des mauvais. Ainsi on n’aura pas un souvenir amer de leurs premiers mois, de leur première année. Tout ne sera que positif.
    En tout cas, courage pour la suite, tiens bon!! 🙂

    J'aime

  12. Que c’est difficile! J’ai aussi été désespérée et n’ai jamais été capable d’interpréter les pleurs de mon fils… La seule réponse que j’ai eu à tous ses maux aura été une solution de facilité, l’allaitement et pendant longtemps…
    On fait comme on peut, tu n es pas une mauvais mère pour autant, ça va aller! 😉

    J'aime

  13. Pingback: Le 10ème mois, pour le meilleur ou pour le pire ? | Ma Vie de Special Mother

  14. Pingback: 5 mois, toi et moi | Ma Vie de Special Mother

  15. Pingback: I’m back…faisons le point | Ma Vie de Special Mother

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s