« Special Mother du jour »: Krisztina Galik vous ouvre les portes de son jardin secret #interview #tingegarden

« Il était une fois une petite fille en Hongrie dont la maman était institutrice douée en travaux manuels ; peinture, découpage, couture et broderie faisaient partie du quotidien. Tout comme les incroyables aventures dans le jardin merveilleux de sa grand- mère, avec sa cabane, ses arbres fruitiers et ses fleurs par milliers. »

tingegarden_il1 En devenant à son tour maman, cette petite fille, artiste dans l’âme, un peu rêveuse et amoureuse de la nature, s’est passionnée pour le portage et les beaux tissus.

Un jour, elle décida de mettre son talent et sa créativité au service des autres, et plus particulièrement des bébés. Une vocation est née, celle de créer de belles écharpes de portage d’une qualité irréprochable, simples d’entretien, faciles à vivre au quotidien, pour le plus grand bonheur des mamans actives et de leurs bébés.

12523836_565557530270643_2144283395146535657_n Tinge garden était né !

J’ai découvert cette jolie marque grâce à une fana d’écharpes de portage mais surtout celles de Tinge Garden. Quand elle me parlait de ces écharpes, c’était avec tellement de conviction, je dirais même avec tellement d’amour pour la marque qu’inévitablement je me suis sentie attirée. Au départ j’avoue je ne comprenais pas pourquoi un tel engouement pour une écharpe de portage. J’avais déjà beaucoup porté mon mini et avec mon petit dernier j’avais recommencé en écharpe tricotée. Mais rapidement mon Petit Papillon m’a fait comprendre qu’il fallait passer à autre chose, le côté élastique ne lui convenant plus. Je me suis donc laissée tenter par une Tinge Garden et quand je l’ai reçue, j’ai tout de suite compris. Rien à voir avec les tissés que j’avais pu tester à l’époque de Mini. J’ai tout de suite compris que j’étais foutue, prise au piège, je savais que j’allais moi aussi devenir une fana ! Cette texture, cette douceur, ce maintien, ces motifs, cette couleur…rouge…

scarlet Scarlet Garden fût la première, le commencement

retro Puis Retro Garden est venue agrandir la famille

corail_sunny Corail Garden n’a pas mis longtemps pour nous rejoindre

IMG_5875 Sans oublier Sunny Garden

DSC08506bis Et pour finir la petite dernière Rose garden

Chaque écharpe est différente, unique tout comme leur créatrice d’ailleurs que j’ai eu la chance de rencontrer. Je suis persuadée que les rencontres ne sont jamais le fruit du hasard. Chaque personne qui nous accompagne un bout de chemin a quelque chose à nous apprendre, à nous apporter et inversement. Krisztina c’est cette maman au grand cœur, aimante et bienveillante dont la douceur illumine son visage. Krisztina m’a ouvert les portes de son jardin secret et aujourd’hui c’est avec un immense plaisir que je vous partage notre petite interview réalisée en toute intimité, un moment privilégié tout en émotion. Je vous livre ses propres mots tels quels, imaginez-les avec son petit accent hongrois.

Une interview écharpesque

12033200_504623126364084_729193725616189136_n

 Quelle est l’origine du nom Tinge Garden ?

Quand j’ai créé la page facebook Tinge Garden, je n’avais pas encore l’idée de fabriquer des écharpes. J’ai commencé par coudre des doudous étiquettes et des foulards avec des morceaux d’écharpes et je faisais de la teinture sur des écharpes de portage pour les rendre uniques. Au début, je faisais pour moi, puis pour les copines et j’ai finalement eu envie de montrer mes créations. C’est à ce moment-là que j’ai donc créé une page Facebook. Le contenu tournait autour de la création artistique, de la teinture, des couleurs et comme j’adore les beaux jardins, les fleurs… j’ai trouvé ce nom : Tinge Garden qui veut dire le jardin des teintes. D’ailleurs mes premières teintures, je les faisais sur des écharpes avec des motifs floraux.

11699000_10205474764881290_4077228589458147056_o

Comment a émergé l’idée de créer ta marque et quel a été le déclic ?

Je ne peux pas vraiment dire d’où ça a émergé…pour moi ce fut naturel. Au bout d’un moment quand tu es addicte – y a 400 écharpes qui sont passées par la maison – tu te dis « je veux la mienne ! » et je suis sûre que ça traverse la tête de plusieurs personnes ! J’ai ruminé pendant des mois et des mois…

Le déclic …il s’est passé quelque chose dans ma vie personnelle qui m’a fait prendre conscience que la vie peut s’arrêter un jour et que ça peut arriver n’importe quand. Un matin, sur le trajet en allant au travail, j’ai eu cette pensée très forte dans ma tête qui me disait : il faut le faire maintenant, il faut y aller ! Je me suis mise à m’informer, à chercher, à négocier, à rêver, à créer et je n’ai plus jamais arrêté.

IMG_4989 Quelle est la signification des motifs ?

Les motifs viennent de la culture ancestrale hongroise.

Le motif Garden : dans toutes les cultures on trouve des motifs floraux et des motifs oiseaux, il n’y a pas plus naturel. Nous avons combiné les deux : plume de paon et petite fleur dans un design simple et graphique.

Pour le motif Broderie : c’était un coup de coeur ! J’ai découvert une ancienne planche avec des exemples de motifs de broderie traditionnelle qui étaient utilisés pour décorer les bords des vêtements. Je les ai tout de suite imaginés ensemble, en lignes pas trop régulières.

Comment gères-tu ton entreprise ? avec ton instinct, envie ou bien as-tu des notions en commerce, marketing, communication ?

Quand j’ai créé ma première écharpe, Scarlet Garden, je ne voulais pas créer une marque. Je voulais créer mon écharpe à moi mais il n’y avait pas d’usine qui tissait 10 mètres de tissu rien que pour moi. Il a fallu donc créer une entreprise pour pouvoir commercialiser le reste. Pour moi Scarlett c’était une seule écharpe, mon écharpe. J’étais la première à être fascinée par le succès de Scarlet. A l’époque on pouvait compter les marques d’écharpe de portage sur les doigts d’une main, donc une nouveauté était très vite vue. Je recevais des messages des clientes d’Australie, des USA, de partout dans le monde. Les mamans me disaient « ce motif me touche profondément, je ne peux pas l’expliquer… » et ça m’a donné envie de continuer.

Cependant créer des écharpes reste toujours une passion. On me demande parfois pourquoi je ne sors pas plus de motif. Tout simplement car je ne veux pas sortir quelque chose juste pour vendre et générer du chiffre d’affaire. Je suis toujours dans l’optique de la création artistique. Si vous regardez la page Facebook, vous voyez : Tinge Garden, Artiste… Je suis une artiste perfectionniste.

Mes principaux outils de communications restent Facebook et Instagram. Je n’ai pas de notions de commerce mais je viens d’une famille où la culture d’entreprise est bien ancrée depuis des générations. J’étais donc suffisamment à l’aise pour me lancer et j’apprends en continuant, en faisant.

Est-ce que tu arrives à vivre de ton business ?

Oui j’arrive à me donner un petit salaire mais je gagne surtout en qualité de vie. Pour moi ce qui est le plus important dans la vie c’est la liberté. Quand j’étais employée, le plus dur était de ne pas pouvoir organiser mon temps comme je voulais. Maintenant je vis une vie qui me plait vraiment et ça n’a pas de prix. Je dépense moins, je vis plus.

13124939_1012883652125347_177545734686689486_n Combien de personnes collaborent avec toi ? comment sont produites les écharpes ?

J’ai de la chance d’avoir beaucoup de personnes avec moi ! Les graphistes, les responsables de productions dans les usines avec qui je travaille étroitement. Je travaille également avec une usine de teinture car je fais teinter le fil sur mesure.

Ma couturière est une dame extraordinaire. Non seulement une professionnelle très fiable mais également une personne joyeuse ; c’est un plaisir d’échanger et de travailler avec elle.

Mes parents me donnent un coup de main dans la logistique.

Outre le plaisir, c’est une réelle chance d’avoir des gens à ses côtés dont on a pleinement confiance.

Sans cela, je n’aurais jamais osé aller si loin.

Une pensée particulière pour les photographes et les modèles : l’image de Tinge Garden, nous la construisons ensemble. Ainsi que pour ma copine Cécile qui me donne de précieux conseils.

Enfin, j’ai l’immense plaisir de collaborer avec des artistes, qu’ils travaillent le tissu (Pompélop, Cindy Jeurissen, P’titsy Moloko, TCM…) ou pas (Martin Buffet, Papacube, It’s a mum life et bientôt d’autres)…

Tu te rends souvent en Hongrie ?

oui maintenant au moins tous les 3 mois. Quand j’y vais je lance une production de plusieurs modèles.

Quelles ont été les embûches rencontrées durant ton parcours ?

Quand on entreprend, on rencontre énormément d’inattendus, de changements, de déceptions. Mais plutôt que des problèmes, je préfère les considérer comme des situations qui demandent une solution. C’est permanent : chaque jour présente un nouveau défi à relever. C’est comme élever un enfant, on n’a jamais fini (rires).

tingegarden_il6 Comment fais-tu pour concilier vie familiale et entreprise ?

C’est difficile, très difficile mais c’est comme toutes les mamans qui se partagent entre activité économique et enfants. On veut toutes le meilleur pour nos enfants, on fait comme on le sent, au mieux. Comment je fais ? Souvent je travaille la nuit. Je suis une vraie maman poule, quand je mets mes enfants à la cantine, j’ai mauvaise conscience (rire).

Et humainement parlant, que t’as apporté cette expérience ?

Oh là là…énormément, je me sens complètement transformée. J’ai appris à être patiente, à communiquer plus efficacement, à analyser les situations, à m’organiser, à se concentrer sur l’essentiel.

L’amour que je reçois, les messages de la part de mes clientes, oh là là (larmes à l’œil), les photos…

Les mamans m’envoient des photos de quand elles étaient petites avec des robes qui ont des couleurs « Rétro » ou un motif qui fait penser à de la broderie… et moi je pleurniche devant mon écran… ces gens qui prennent le temps de m’écrire et me montrer leurs souvenirs, leurs boules de bébé… c’est gratifiant.

IMG_4990 Une petite exclu ?

A l’heure où cet interview paraît la nouvelle image de Tinge Garden est déjà dévoilée. Je continue dans la lancée : encore plus de tissages différents, encore plus de matières, à commencer par le lin qui se révèle être un régal… Profitez-en !

Profitez des beaux moments de portage, de câlins et de proximités avec vos enfants.

IMG_2710 Merci Krisztina, pour ce que tu es et pour ce que tu crées. Surtout ne change rien et continue à nous faire rêver

C’est un vrai bonheur de savoir qu’un peu partout dans le monde, un bébé est porté tout contre son parent, dans une écharpe créée avec amour autour d’une jolie fleur hongroise, comme celles qui coloraient le jardin de mon enfance.

Krisztina Galik

 

 

Une réflexion sur “« Special Mother du jour »: Krisztina Galik vous ouvre les portes de son jardin secret #interview #tingegarden

  1. Pingback: Une séance photo famille et portage avec Le Petit Chaperon Rose Photographie | Ma Vie de Special Mother

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s