Petit papillon vous aide à choisir des chariots de marche #test #avis

Avant d’acquérir la marche, Petit Papillon s’est beaucoup entraîné tout d’abord en posture debout puis à faire des premiers pas avec des chariots de marche. Le chariot de marche est un jouet qui permet à l’enfant de faire progresser ses capacités motrices. Quand Petit Papillon cherchait son équilibre, il s’agrippait à tout ce qu’il trouvait sur son passage pour se hisser sur ses deux jambes. Les chariots de marche l’ont beaucoup aidé à maîtriser ses déplacements tout en étant plus sécuritaires que la chaise ou le tabouret du salon. Il a appris à faire des pas en avant mais aussi à reculons, aller à droite, à gauche, éviter des obstacles… Au total, il en a eu trois (oui chez moi c’est un véritable magasin de puériculture lol !) correspondant à différentes étapes et différents besoins. Les voici :

comparaison aides à la marche image2

Je souhaitais vous les présenter et faire un petit comparatif pour vous aider dans vos recherches.

 1– Portique de jeux spécial premiers pas HESS SPIELZEUG

portique_de_jeu_special_premiers_pas_debout

Caractéristiques techniques

  • Dimensions : Ø 94 cm, hauteur 32 cm
  • Matière : contreplaqué de hêtre, bouleau

Age d’utilisation : + 6 mois

Prix : 42,95€ chez BabyWalz

Mon avis de special mother :

J’ai connu ce portique special premiers pas pour mon Mini (mon deuxième enfant) et c’est avec lui qu’il a fait ses premiers pas et qu’il a appris à marcher. C’est donc tout naturellement que je l’ai racheté pour Petit Papillon car en plus d’être évolutif, il est très polyvalent. En effet, il peut s’utiliser du plus jeune âge jusqu’à l’acquisition de la marche. Au départ le portique va être utilisé comme une arche de jeux : le bébé va jouer allongé avec les différents jouets suspendus en bois qui sont à la bonne hauteur (des mains et des pieds) et facilement préhensibles. Il va pouvoir les attraper tout en développant différents sens comme la vue, l’ouïe et le toucher. Une fois la position assise acquise, il va pouvoir continuer à s’amuser tout en ayant un angle de vue différent qui va lui permettre de faire glisser les grandes perles en bois multicolores d’un côté à l’autre et ainsi exercer ses capacités motrices. Puis il va commencer à vouloir prendre appui sur le portique. Il va alors tout naturellement prendre la bonne position (à genoux) pour se mettre debout. Une fois debout, le portique va alors commencer à s’actionner. Les roulettes tournent dans des sens opposés, le portique freine donc automatiquement. Malgré tout au début le bébé peut avoir peur quand ça se met en marche (surtout sur le carrelage, les roues glissent beaucoup), il manquerait peut être un système de blocage des roues pour les tout débuts (lors de la station debout). Sa forme en fer à cheval est très sécurisante pour bébé qui se sent bien entouré et peut donc se lancer sans trop de craintes. Petit Papillon a rapidement compris qu’il pouvait aller à droite ou à gauche selon les appuis qu’il prenait sur le portique en naviguant dans le cercle. Il est devenu donc rapidement autonome et s’est mis à moins râler. Il a pu se rendre où il voulait, quand il voulait ! Ensuite il s’est mis à courir en rigolant aux éclats. Là j’avoue qu’il a commencé à devenir dangereux. Par exemple, nous avions un tapis de jeu en mousse épais dans le salon, lorsqu’il butait dessus et continuait à se pencher pour avancer, il est arrivé que le portique bascule. Quoiqu’il arrive la surveillance des parents reste indispensable même si en le rendant autonome, cela nous libère nos bras et un peu de temps !

J’aime :

  • la matière bois très agréable au toucher
  • facile à monter
  • sa forme sécurisante
  • très coloré et attrayant
  • évolutif et polyvalent

J’aime moins :

  • le portique qui risque de basculer quand bébé grandit, prend beaucoup d’assurance et prend de la vitesse
  • manque un bloc-roues pour le début de la position debout
  • l’encombrement : le portique est large et prend de la place

Démonstration de Petit Papillon en vidéo :

Lire la suite

Du 4 pattes à la marche, il n’y a qu’un pas avec Babybotte

Quand on m’a proposé de tester les chaussures Babybotte, j’étais sceptique au départ.

Babybotte ? mais c’est ce que je portais quand j’étais petite…il y a 35 ans ! En même temps ces chaussures existent depuis 1936 donc forcément toi aussi tu dois connaître ! Dans mon esprit, il s’agissait de chaussures montantes, assez rigides avec voûte plantaire.

Idée complètement reçue et fausse !  

Et puis dois-je vraiment lui faire porter des chaussures ? il est bien avec ces chaussons souples !

Sauf que Petit Papillon rampe de partout, veut se mettre debout dedans mais aussi dehors et je me suis vite rendu-compte qu’à cette allure il me faudrait une paire de chaussons par semaine, sans compter que j’avais mal au cœur de les voir s’abîmer !

J’ai reçu les chaussures Babybotte juste avant de partir quelques jours dans un camping du Sud de la France pour un tournoi de foot de mon grand fantastique. Autant dire que les chaussons souples n’auraient pas résisté longtemps sur un terrain de foot boueux trempé par l’humidité de la nuit et dans le camping sableux et goudronné !

La gamme One by Babybotte

Cette gamme est spécialement dédiée à la marche à 4 pattes. Hier je te parlais de l’importance de certaines étapes avant l’acquisition de la marche, et pour réaliser ces expériences indispensables (dont la marche à 4 pattes) il est nécessaire que les pieds du bébé restent libres de mouvement, que l’articulation du pied soit bien libérée. Pour autant, les petits petons doivent être bien protégés des agressions extérieures.

La gamme One de Babybotte a été bien étudiée et possède tout les qualités que je recherche pour les premières chaussures de bébé. D’ailleurs cette gamme a reçu le label « Approuvé par les familles » en 2014 et 2015.

Special Mother approuve également ! Pourquoi ?

voici mes arguments :

Lire la suite

Les étapes essentielles avant la marche en images et vidéos #motricitelibre

Avant de marcher, le bébé va passer par une succession d’étapes indispensables. Chaque acquisition est importante pour lui donner des bases bien solides et passer aux étapes suivantes. La réalisation de ces grandes étapes dépend aussi de la maturation du cerveau, des aptitudes personnelles de l’enfant, de ses expériences motrices à répétition et de l’attitude de l’entourage aussi. Pour résumer, il s’agit de : rouler du dos au ventre et du ventre au dos, se retourner sur le côté, puis sur le ventre, ramper, prendre la position du quatre pattes, s’asseoir de manière autonome, passer ensuite à genoux, prendre appui sur un support avec ses mains, se tenir debout puis faire ses premiers pas.

Comme le précise Michèle Forestier, Kinésithérapeute, spécialiste du développement moteur de l’enfant :

 Il est important que ce processus se fasse dans l’ordre car il permet l’apprentissage de l’autonomie et un développement musculaire harmonieux.

J’ai bien repéré tout ce cheminement avec Petit Papillon alors que mes deux grands avaient sauté quelques unes de ces acquisitions comme la marche à 4 pattes par exemple, pourtant si importante.

Pourquoi ? parce qu’ils n’ont pas passé suffisamment de temps au sol tout en bougeant librement.

Et oui, je ne connaissais malheureusement pas encore la motricité libre.

La motricité libre

Avec Petit Papillon j’ai tenté au maximum de pratiquer la motricité libre, pas toujours évident lorsqu’il était petit avec ses reflux.

La motricité libre est l’un des trois fondements de la théorie éducative d’Emmi Pikler. Elle consiste à laisser libre cours à tous les mouvements spontanés de l’enfant sans les lui enseigner. Il se base sur l’idée que aussi bien les contraintes empêchant l’enfant de bouger, que les incitations trop précoces à accomplir des gestes non maitrisés par l’enfant, retardent son développement ou son autonomie. (Source Wikipédia)

Voici les expériences de Petit Papillon en images et en vidéo

 jusqu’aux tout premiers pas !

Lire la suite

Marcher pieds nus c’est avoir les pieds sur terre ! Chaussons Didoodam #bonplan #soldes

Avez-vous déjà pensé à ce que nous faisons subir à nos pieds dans nos chaussures rigides ?

Man-my-feet-are-exhausted-61941

Le pied est une partie du membre inférieur de l’homme qui en constitue son extrémité distale. Il est relié à la jambe par l’articulation de la cheville. Il porte le poids du corps en position debout et permet la locomotion. Il a ainsi un rôle d’équilibre, d’amortissement et de propulsion. Le pied adulte comprend 26 os — soit, pour les deux pieds, le quart de ceux composant l’ensemble du squelette, 16 articulations, 107 ligaments qui tiennent ces dernières et 20 muscles qui permettent leur mouvement. (Source Wikipédia)

Lorsque le pied est en contact direct avec le sol, c’est toute une mécanique qui entre en jeu et nous permet d’être stable, d’avoir l’équilibre et de se mouvoir. Dans nos chaussures à semelles épaisses et le plus souvent rigides, on coupe complètement les sensations du pied avec le sol et avec toutes les stimulations ou textures différentes que l’on peut trouver sous nos pieds, toutes les richesses de la vie quoi…

On se coupe en quelque sorte de la vie non ?  

Et puis on ne nait pas avec des chaussures n’est-ce pas ?

D’ailleurs, avez-vous remarqué comme les enfants adorent marcher pieds-nus ?

C’est parce qu’ils ont tout compris : meilleur équilibre, meilleure perception sensorielle ou encore sensation de liberté totale !

Faites l’expérience de marcher pieds nus et vous retrouverez un peu de votre enfance, un peu de cette sensation de liberté. Oui mais vous allez me dire : le sol est froid, ce n’est pas propre, on risque de se blesser…

Certes, voilà pourquoi on met des chaussures à nos enfants, pour protéger leurs pieds, pour leur sécurité.

Mais pensons chaussures souples alors pour ne pas entraver les mouvements naturels et à la maison comme à l’école pensons chaussons souples.

Personnellement j’adore marcher pieds nus mais il est vrai que parfois la sensation directe du sol me dérange, nous ne sommes plus habitués. J’ai également opté il y a maintenant quelques années pour des chaussons souples en cuir comme ceux de mes enfants. Quand je porte mon petit papillon en écharpe je déteste avoir des chaussures, avec mes chaussons je me sens beaucoup plus à l’aise pour faire le mouvement de balancier, plus stable aussi, je sens mes appuis et ça me permet de me positionner correctement.

DSC03040bis

J’aime beaucoup les chaussons Didoodam (je vous en parlais déjà dans mon article Imaginez, marcher pieds nus c’est le pied !). J’aime beaucoup cette marque autant pour la qualité des chaussons que pour la créatrice qui se cache derrière (coucou Laurence !)

Lire la suite