Rouvrir les portes de la bienveillance…

Il y a la réalité de ma vie et il y a celle dont je rêverais. Entre les deux parfois il y a un fossé, un gouffre même.

Il y a mon cheminement vers la bienveillance depuis presque 5 ans et il y a cet énervement et cette impatience depuis 5 mois.

Pourquoi est-ce si difficile? Pourquoi n’est-ce pas naturel ?

Pourquoi dois-je lutter contre moi-même ?

Est-ce le manque de sommeil, la fatigue qui m’empêche de rester sur ce chemin ?

Il y a bientôt 5 ans, j’ai mis au monde un B.A.B.I., un petit être super exigeant qui m’a guidé dans le monde du maternage et de la bienveillance. Ce fut une révélation pour moi, j’ai cherché à tout prix à devenir ce parent bienveillant, ce parent qui sait comment s’y prendre avec ses enfants, qui sait gérer les crises, qui tient compte des émotions, qui prend le temps, qui explique. Celui qui ne punit pas, celui qui ne crie pas, celui qui ne menace pas et qui ne fait pas de chantage.

J’ai assisté à des ateliers Faber et Mazlish qui m’ont énormément appris et qui m’ont vraiment guidée sur le chemin de la communication parent/enfant, celle qui te permet d’écouter réellement ton enfant. Je me rappelle avoir eu cette sensation d’être enfin le parent que je voulais être, j’étais bien, en harmonie avec moi-même et avec ma famille. Bien sûr il y avait des hauts et des bas, des « je-ne-sais-plus-faire », mais je me replongeais dans les bouquins et c’était reparti !

Depuis la naissance de mon troisième, j’ai l’impression que j’ai tout oublié, que la bienveillance est loin derrière moi. Je suis rapidement énervée, débordée, je ne supporte rien. Les cris sont revenus, les punitions aussi, le chantage (si tu ne fais pas ça, tu n’auras pas…) même si ça n’a aucun effet sur eux. D’ailleurs Mini est INFERNAL ! Il crie, tape, nous défie, nous pousse à bout. Il est devenu cet enfant difficile, limite hyperactif. Chaque jour je me dis que c’est n’importe quoi, que c’est nul, que je sais faire autrement. Je me vois être la mère que je déteste être. Je suis capable d’analyser chaque parole, chaque action en me disant comment j’aurais pu faire autrement mais dans ma tête seulement et après coup.

Mais pourquoi chaque jour je n’arrive pas à reprendre le bon chemin ?

Pourquoi je vois que je fais fausse route mais je n’arrive pas à prendre le virage du changement ?

Un jour, désespérée, les larmes aux yeux, je dis à Mini : « mais qu’est-ce qu’il faut faire Eliott ? j’avoue que je ne sais plus… »

Il m’a répondu tout naturellement : « il faut que tu joues avec moi ».

La voilà la clé, il me l’a donnée, tout simplement. Mini agit comme cela parce qu’il cherche mon attention, celle trop accaparée par son petit frère et les tâches de la maison. Il veut que je passe plus de temps avec lui, plus de temps de jeux. Il a du mal à trouver sa place, Mini n’est ni le grand ni le petit, c’est le moyen. Encore trop petit pour faire comme son grand frère de 11 ans mais trop grand pour faire comme son petit frère de 5 mois. Et c’est un moyen/grand-frère au grand cœur qui ne demande que de l’attention et beaucoup d’amour.

IMG_4878[1]

Lire la suite

Maman, pourquoi tout le monde dit que je suis méchant ?

Maman, pourquoi tout le monde dit que je suis méchant ?

Cette phrase vient de la bouche de mon petit de 4 ans…

Cette phrase me touche beaucoup et veut dire beaucoup.

Il faut que je me rende à l’évidence…mon mini ne va pas bien.

A l’école il passe son temps à être puni, nous avons eu un mot de la maîtresse qui nous parle de son insolence. A la maison il est l’enfant difficile, l’enfant pénible qui n’écoute rien.

Mais un enfant difficile a toujours quelque chose à dire.

En ce moment ce n’est pas facile, c’est sûr. Il voit sa maman couchée toute la journée. Une maman qui n’est plus disponible, qui n’est plus capable de s’occuper de lui, qui ne peut plus jouer avec lui, qui ne peut plus le porter ni lui faire de « vrais câlins » comme avant.

Mais où est passée cette maman ? cette maman fusionnelle, cette maman à son écoute, cette maman bienveillante…

Cette fin de grossesse est difficile, pour lui, pour mon grand, pour mon homme, pour ma famille que je sollicite depuis des mois, tout le monde en a marre et même moi.

Mais moi je dois lutter pour tenir. Je compte les jours qui me séparent de cette fichue prématurité. Je vois cette lassitude autour de moi mais je suis impuissante.

J’aimerais tellement pouvoir, être capable de tout mener de front mais je suis là…

dans mon canapé, dans mon lit…

et je ne suis pas VRAIMENT là.

Souvent je me mets dans une bulle pour ne pas trop souffrir, pour ne pas trop voir…

Mais je ressens plus que ce que je ne vois, je ressens cette souffrance autour de moi. Et j’entends des paroles, souvent blessantes…

« tu es pénible », « tu es méchant », « t’écoute jamais rien »…

Mon mini ne va pas bien et me le fait savoir tous les jours dans son attitude d’enfant difficile, dans son comportement général.

Un jour je lui ai dit « tu as vu comme ton grand-frère est gentil avec toi » et il m’a répondu « oui Léo est très gentil et moi je suis très méchant en ce moment ». Les larmes me sont montées…

Voilà ce qu’il entend à longueur de journée…

Mais que reflète son comportement ? Qu’est-ce qu’il cherche à nous dire ? 

Cherchons le message caché, accueillons ses sentiments plutôt que de le réprimander à longueur de journée.

Lire la suite

Ma vie de « special mother » : Vivre avec un enfant différent

« Vivre avec un enfant différent » c’est la thématique du nouveau magazine Grandir Autrement avec un dossier entièrement consacré aux enfants différents, « c’est-à-dire porteurs de handicap ou dotés d’une sensibilité particulière qui les rend « hors normes », inadaptés aux attentes de la société. »

couv_grandir_autrement

J’aime la façon dont le magazine aborde la différence, sous un autre angle et en se posant les bonnes questions :

qu’est-ce qu’être différent ?, différent par rapport à quoi ? à qui ? car finalement nous sommes tous différents ! Le monde est rempli de personnes « différentes » et si l’on trouve des différences, c’est que l’on a d’abord défini une normalité mais

different

qu‘est-ce qu’être normal ? la normalité c’est finalement une image de base donnée pour définir un idéal, un modèle. Or, comme le précise très justement le magazine « alors quand on parle de différence en voulant souligner celle-ci, c’est qu’on le fait en référence à une norme, arbitrairement – ou argumentairement, mais quels que soient les arguments, ceux-ci sont toujours discutables – définie, fondée sur des règles de fonctionnement établies dans une société donnée ».

Alors comment faire pour accompagner ces enfants qui ne rentrent pas dans les cases en tenant compte du fonctionnement de la société dans laquelle on vit ? Nous vivons tous avec des « enfants différents » mais que faire quand la différence est telle qu’elle a des répercussions importantes sur le quotidien ? Comment accueillir un diagnostic ?

Lire la suite

Ma vie de « special mother » : Les crises de nos fantadys, trucs et astuces

Crises et émotions fortes…La décharge émotionnelle est un processus naturel qui aide à libérer les tensions. On comprend dès lors pourquoi nos petits fantastiques sont peut-être plus sujets aux « crises » que les autres enfants. Cette Hypersensibilité à leur environnement et aux émotions des autres qui les caractérise souvent rend la gestion de leurs émotions difficile chez une grande majorité d’entre eux (colères brusques, pleurs faciles qui s’arrêtent d’un coup …). Si l’on rajoute à cela les efforts au quotidien pour contrôler leurs gestes, faire de leur mieux à l’école, se concentrer, faire face aux situations de dévalorisation et d’échecs…on arrive à la fin de la journée à des cocktails explosifs !!

Je suis sûre que vous êtes entrain de vous dire : « oui, oui c’est bien ça » et c’est fatiguant, usant au quotidien. Donc l’idée c’est de mettre en commun tous nos trucs et astuces pour gérer les crises de nos enfants. Evidemment ils sont tous différents et ne réagiront pas de la même manière mais il est intéressant de voir ce que, vous, parents mettez en place pour pallier à ces crises, les anticiper et les gérer.

Lire la suite

Ma vie de « special mother » : communiquer autrement, des ateliers qui m’ont sauvée !

Avoir un enfant différent c’est aussi agir différemment dans toutes les circonstances, apprendre à décoder des attitudes, à déchiffrer des émotions, c’est tout simplement apprendre à communiquer autrement.

Pourquoi ?

Parce que quand ton enfant rentre de l’école et que direct à sa tête tu vois que quelque chose ne va pas mais que si, par malheur, tu commences ta phrase par : « ça s’est bien passé à l’école » tu sais que ta soirée est foutue ! Mais ça c’était avant, avant que je parte à la recherche de solutions.

Et comme rien n’arrive par hasard (du moins c’est ce que je crois) j’ai eu un deuxième enfant et avec lui j’ai découvert une autre façon d’être parent : ce tout petit-être, un BABI comme on les appelle (bébé aux besoins intenses) a été collé à moi jour et nuit, impossible de le faire dormir dans un lit, (certainement à cause de son reflux gastro œsophagien), il passait des heures à hurler jour et nuit…

Je me suis tout naturellement tournée vers une association de maternage où on est venu à ma rescousse (merci Laurence) et on m’a appris à me servir d’une écharpe de portage. Là ce tout petit bébé se trouvait bien, ne pleurait plus, était apaisé…un vrai bonheur. Et dans cette association, on parlait aussi d’allaitement, de signer avec bébé, de bienveillance et surtout d’ateliers de communication avec les enfants. Cela m’a tout de suite interpellée puisque clairement la communication avec mon grand ne passait plus et on ne se comprenait pas. Crises, pleurs voire hurlements étaient notre quotidien insupportable…

C’est donc là que j’ai croisé la route de Sandrine de S Comm C,  qui proposait pour l’association des ateliers pour apprendre à mieux communiquer avec ses enfants, des ateliers « Faber et Mazlish » :

parler-pour-que-les-enfants-ecoutent-ecouter-pour-que-les-enfants-parlent Parler pour que les enfants écoutent et écouter pour que les enfants parlent.

Ecouter, c’est quoi ?

Je me rappelle d’un texte d’un auteur inconnu transmis par Sandrine lors des ateliers, le voici :

ECOUTER

communication-aprents-enfants-asso-lacle-vergt

Ecouter un enfant c’est écouter vraiment, j’arrête de faire ce que je fais et j’écoute, je regarde cet enfant qui me parle car la communication commence par le regard.

Ecouter, c’est accueillir les émotions sans les juger pour permettre l’apaisement.

J’ai donc appris à écouter, exercice difficile au final car le but n’est pas d’apporter des réponses toutes prêtes aux questions ou juger les sentiments mais il s’agit plutôt de reformuler ce que notre enfant est en train de nous dire afin de bien lui montrer que, d’une, on écoute et que, de deux, on a compris son problème. Ensuite seulement vient la phase de discussion où l’on trouve une solution au problème ensemble.

Lire la suite

Ma vie de « special mother » : challenge « on air », les crises de nos enfants

J’aime les challenges, me lancer des défis…il y a quelque temps je me suis embarquée dans une aventure incroyable que je n’aurais jamais imaginée pouvoir faire avant ! Mais ça c’était avant, avant que je démarre ce blog car depuis, je me laisse transporter, je surfe sur les vagues de la blogosphère et celle-là est plutôt énorme : je fais partie de l’équipe de blogueuses superstars lyonnaises (et deux blogueurs aussi !) qui participent à la première émission radio de la blogosphère parentale !

Cette émission c’est « de parents à parents » sur les ondes de la radio indépendante Lyon 1ère (90.2).
Le principe de l’émission est de réunir chaque semaine 2 blogueurs parentaux et d’échanger sur des sujets en lien avec nos blogs (ou pas) mais surtout qui concernent nos vies de parents. On pourra donc retrouver des conseils, des bons plans, nos expériences mais aussi nos coups de gueule…, bref tout ce que vous aimez retrouver dans nos blogs. Le tout avec le sourire et la bonne humeur !
Et de la bonne humeur il y en a eu sur le plateau lors de l’enregistrement grâce à Karine Boyer-Kempf, animatrice de l’émission et blogueuse sur Les princesses de Marie qui a su nous mettre à l’aise pour cette première fois à la radio !
J’étais à la fois super excitée de réaliser cette expérience et j’avais à la fois très peur de l’échec, de ne plus trouver mes mots une fois devant le micro, peur de ne pas être à la hauteur ! J’étais méga ultra stressée et je n’ai pas beaucoup dormi la veille…
MAIS….
J’ai eu la chance de faire cette émission avec une personne que je connaissais déjà, une personne qui maîtrise absolument le sujet dont nous avons parlé, celle qui m’a montré et appris que l’on pouvait faire autrement avec les enfants, Sandrine Donzel de S Comm C, oui la Sandrine que tout le monde s’arrache, la Sandrine avec qui toute la blogosphère veut faire l’émission, et bien c’est avec moi qu’elle l’a faite !!! Et c’était chouette, j’ai adoré préparer cette émission avec elle et réaliser ce challenge en sa compagnie.
Et vous savez quoi ? et bien vous allez pouvoir nous écouter demain mercredi 7/05 (à 9h30 ) sur le 90.2 ou sur http://www.lyonpremiere.com/ et si vous ne pouvez pas là tout de suite, retrouvez-nous en podcast (vous pourrez aussi voir toutes les émissions déjà réalisées).
Souriez vous êtes filmées ! et oui en plus l’émission est filmée et la vidéo tout de suite en avant-première c’est par ici :
L’émission est très courte malheureusement donc nous n’avons pas pu dire tout ce qu’on avait prévu d’où une grande frustration et l’envie de vous en dire plus…
Voilà ce que j’aurais pu dire si l’émission avait duré 2 heures…

Lire la suite

Happy Week, quand le quotidien devient un VRAI jeu d’enfant !

En cette rentrée, le mot d’ordre dans la famille Fantadys c’est ORGANISATION et s’organiser doit aussi rimer avec libérer et économiser…du TEMPS ! Cette sensation de toujours courir après le temps, d’être débordée, de vouloir passer plus de temps avec les enfants mais de ne pas y arriver… je veux absolument m’en débarrasser !  Et j’ai trouvé une solution ludique et pédagogique…

IMG_5129Happy Week, c’est l’idée révolutionnaire d’un papa sociologue, Nathan Stern, qui a pris conscience du temps passé pour faire réaliser les tâches quotidiennes rébarbatives à ses deux enfants. Un jour, il affiche une feuille sur le mur de la cuisine. Il note les tâches accomplies spontanément par ses enfants et les informe que le temps gagné sera du temps passé à profiter ensemble. L’ambiance de la maison est alors transformée ! C’est le début d’une grande aventure avec Claude Van Leeuwen, son associée, et une vingtaine de familles testeuses, qui a donné naissance à un jeu collaboratif où tout le monde est gagnant :  HAPPY WEEK.

happy week Lire la suite