Maîtresse, je voulais juste que tu saches…

Cette année…

  • j’ai entendu beaucoup de cris
  • j’ai été beaucoup puni, seul ou avec mes camarades, de récrés, de sport, d’anglais ou encore de coca-cola et de bon gâteau au chocolat parce que nous étions trop agités
  • j’ai dû rattraper des leçons, des évals, des exos à mon retour de l’orthophoniste, après avoir parcouru près d’une centaine de kilomètres alors que mes copains jouaient dans la cour
  • tu n’as pas compris ma façon de penser, de fonctionner, de raisonner
  • tu as cru que j’étais favorisé lorsque mon travail était adapté
  • tu as fermé les yeux sur des gestes et des paroles de la part de certains qui m’ont fait mal
  • tu n’as pas su gérer ces conflits où je me suis senti le seul accusé, jugé de violent et agressif
  • tu ne t’es peut-être pas posé les bonnes questions

alors je voulais juste que tu saches…

  • que tu m’as fais peur quand tu criais et je ne comprenais pas toujours pourquoi
  • que nous punir c’était la pire chose à faire puisque nous avions justement besoin de nous défouler
  • que j’adore le sport, ça me fait du  bien dans mon corps et dans ma tête alors j’étais en colère quand on ne pouvait pas y aller
  • que j’étais fatigué après une séance d’orthophonie alors j’avais juste besoin d’une pause dans cette longue journée
  • que je suis un petit garçon intelligent mais que mon cerveau ne fonctionne pas comme les autres
  • que j’ai besoin que mon travail soit adapté pour être simplement à égalité avec les autres
  • que tu t’ais trompé à mon sujet, je ne suis pas méchant, juste un enfant en colère qui ne s’est pas senti écouté
  • qu’on aurait pu t’aider

Bien sûr je ne t’en veux pas, tu n’y es pour rien.

Tu ne connais pas mon handicap, c’est compliqué et en plus il ne se voit pas.

Pourtant maman a essayé de t’expliquer…

Alors je sais que je t’ai fait le plus le plus beau des cadeaux en cette fin d’année :

PARTIR…

pour aller où ?

là où le mot BIENVEILLANCE prendra tout son sens.

 

aurevoir

Ton élève dysférrent