Les remèdes naturels pendant la grossesse #homéopathie #astucesdegrandmère

Je trouve que ma santé est plus fragile avec cette troisième grossesse – la vieillesse sûrement – et je chope tout ce qui traîne ! J’ai donc testé la gastro enceinte et maintenant le virus de printemps avec le mal de gorge qui se transforme en rhume et qui dégénère en toux ! Et comme je suis en MAP (menace d’accouchement prématuré), la toux est mon pire ennemi ! Et je te laisse imaginer le désastre à chaque quinte de toux avec un périnée qui a déjà subi deux précédentes grossesses (non n’imagine pas en fait !).

Sauf que quand tu es enceinte, tu ne peux quasiment RIEN prendre pour te soigner alors inévitablement tu te tournes vers des remèdes naturels, des remèdes dits de grand-mère. Je suis déjà une adepte de la médecine douce et notamment de l’homéopathie pour mes enfants et là je teste vraiment les effets sur moi !

La grossesse et l’homéopathie

Et bien je confirme, ça marche et je réussis à me soigner grâce à l’homéopathie principalement. Je suis suivie par un homéopathe ce qui me paraît essentiel surtout enceinte.

Je suis allée le voir au sujet de mes contractions et de mon col qui avait raccourci. Il m’a donné un traitement que je prends tous les jours dans un premier temps et que je pourrai espacer ensuite. Mes contractions sont toujours là mais par contre mon col n’a pas bougé à la dernière vérification par la gynéco, c’est-à-dire en 15 jours de traitement. C’était l’action recherchée par le thérapeute.
Pour moi il est hors de question que je me fasse hospitaliser et que je prenne des cachets très forts qui me rendent malade comme pour mes deux précédentes grossesses et avec lesquels je continuais de toutes façons à avoir des contractions. Je cherche donc toutes les solutions naturelles possibles.

L’homéopathie m’aide aussi dans mes petits tracas quotidiens de femme enceinte, comme les brûlures d’estomac qui t’empêchent de dormir, les petites insomnies et les petites maladies. Je commence à avoir une belle pharmacie :

IMG_7299bis IMG_7300BIS

 

Lire la suite

Les médecines parallèles au secours de nos enfants dys

Je crois qu’il existe quasi toujours un ou des moyens de soigner ses enfants le plus naturellement possible dans beaucoup de cas voire de maladies. Or la seule solution proposée par la médecine traditionnelle est  la prescription de médicaments potentiellement dangereux ou entraînant des effets secondaires.

medocs

Dans le cas des troubles dys et notamment de l’attention, je pense bien évidement à la rétaline. On me l’a proposé pour Léo, je l’ai refusé. C’est un choix, comme certains parents feront le choix inverse pour de multiples raisons et je le respecte. Choisir de ne pas donner ce médicament, c’est partir à la recherche de solutions parallèles.

Lire la suite

Ma vie de « special mother » : la parenthèse homéo – épisode 2

Dans le premier épisode ici, je vous parlais d’un super homéopathe qui m’avait réconciliée avec l’homéopathie.

Mini fantadys a été le premier à tester et approuver les petites granules magiques : plus de laryngites à répétition et surtout plus de cortisone !

Un jour lors d’une consultation pour mini fantadys, j’ai parlé de Léo au médecin en lui expliquant ses troubles dys et tout ce qui allait avec (manque de confiance, anxiété, troubles du sommeil…) et en lui demandant, sans grand espoir, s’il pouvait nous aider. Là, surprise ! on apprend qu’il est dyslexique et que pour lui c’est finalement une grande aide dans son métier. Cela lui permet de faire des diagnostics très rapides, 15-20 minutes lui suffisent. Il observe beaucoup pendant ce laps de temps, pose des questions très précises puis écrit l’ordonnance. C’est assez impressionnant et déroutant au début.

Pour lui, les enfants qui ont des troubles dys ont des verrous qu’il faut faire sauter pour qu’ils expriment tout leur potentiel. Toujours selon sa propre expérience, beaucoup d’entre eux sont HP (Haut Potentiel). Lui-même étant HP, il a constitué une équipe capable de comprendre et d’aider ces enfants. Cette équipe est constituée d’une coach, d’un psy et donc d’un homéopathe, tous les trois connaissant bien les enfants précoces.

Il nous a donc demandé d’emmener les résultats du WISC IV de Léo. A la lecture de ceux-ci, il a pointé du doigt les résultats hauts du test et nous a dit que souvent on ne prêtait pas assez attention à ces pics alors que pour lui c’était fondamental. Donc selon ses propres paroles « Léo en a sous le capot », il suffirait donc de faire sauter les verrous avec un accompagnement homéopathique mais aussi un travail avec la coach et peut-être quelques tests supplémentaires avec le psy, tout un travail d’équipe autour de Léo.

Mais avant toute chose, il a fallu définir son profil homéopathique. Pendant 15 jours, il nous a donné deux remèdes homéo à donner en alternance sur chaque semaine et observer les effets à chaque fois. Léo a rapidement déclaré des maux de ventre et des grosses diarrhées. Au départ j’ai pensé à une gastro mais c’était trop long pour être ça, jusqu’à ce que je comprenne qu’il s’agissait d’un des effets des granules. Nous avions donc trouvé son profil homéo.

photo (3)

Au deuxième rendez-vous, nous sommes donc repartis avec une ordonnance pour les granules correspondant à son profil à donner une fois par semaine. Nous avons rapidement noté une plus grande aisance relationnelle : par exemple, dans la salle d’attente de son ergo, il s’est adressé à un autre enfant qui attendait, il s’est assis à coté de lui et a engagé la conversation en lui posant plein de questions…chose qu’il n’aurait jamais faite auparavant. Léo est en conflit avec un camarade de sa classe, conflit qui dérape régulièrement. Il a été capable de nous dire qu’il faisait semblant d’être son copain pour ne pas avoir de soucis, il a donc pris du recul par rapport à cette situation conflictuelle et a trouvé sa propre solution au problème.

L’homéopathe lui a également prescrit un traitement à donner 15 jours avant chaque vacances scolaires, au moment où les enfants sont le plus fatigués mais aussi au moment des évaluations. Ce traitement est composé de granules mais aussi de granions de magnésium. Nous l’avons testé avant les vacances de février et les résultats ont été spectaculaires. Son ergothérapeute nous a dit qu’il avait fait une excellente séance et qu’il avait été « olympique » ! Léo a fait un stage le mercredi avant les vacances sur le « le travail de l’attention ». Il a impressionné les deux intervenantes (son orthophoniste et une psychothérapeute) qui le connaissent depuis longtemps : il a été très performant sur un travail qui utilisait à la fois l’attention, la mémoire de travail et les fonctions exécutives, ses points faibles…comment comprendre et expliquer cela…?!

Je pense que cet homéopathe a vraiment bien cerné notre fils et qu’il va nous être d’une grande aide dans l’accompagnement de Léo au quotidien et dans sa scolarité.

P.S. : Merci à Annick de m’avoir permis de croiser la route de ce médecin hors du commun…

Donc oui je crois à l’homéopathie, et vous, vous y croyez j’espère maintenant ? sinon je ne peux plus rien faire pour vous….

Ma vie de « special mother » : la parenthèse homéo – épisode 1

Et si l’homéopathie ce n’était pas que des petites granules à l’effet placebo mais plutôt des petites granules magiques à l’effet fantastique ?

Moi j’y crois et je vais vous dire pourquoi…

Il y a quelques temps j’ai été invitée avec des blogueuses lyonnaises (et 1 blogueur !) à une réunion organisée par les laboratoires Boiron dans un super endroit La Parenthèse, un resto kid friendly, c’est quoi ça ? et bien c’est un endroit où les enfants jouent et s’amusent pendant que l’on peut papoter tranquilou autour d’un bon repas ou boire un thé, un café accompagné de délicieux gâteaux faits maison. Et le top, si vous êtes du genre « mère poule inquiète », c’est que vous n’avez qu’à lever les yeux pour jeter un oeil à vos progénitures sur un écran ! Bon tout ça pour vous dire que je ne connaissais pas et que c’est le top et en plus on a été super bien accueillis, la preuve en images :

photoJe précise ce n’est pas parce que j’ai mangé plein de bonbons et de super gâteaux faits maison que je vous dis que je crois à l’homéopathie 😉

C’est donc dans ce sympathique contexte que nous avons rencontré le Dr Voirin, médecin homéopathe, Anne-Cécile Paris et Jean-François Lurol des laboratoires Boiron.

On nous a demandé de choisir des questions diverses et variées à poser au Dr Voirin du style « peut-on se soigner seulement avec l’homéo » ou encore « Faut-il y croire ? », ce qui nous a permis de balayer toutes les idées reçues mais d’aller également un peu plus dans le détail. Je ne vais pas vous faire un cours sur l’homéo ce n’est pas le but de l’article mais juste vous dire que l’homéopathie j’y croyais déjà et cette rencontre a fini de me convaincre !

Voici un petit visuel avec quelques idées reçues sur l’homéopathie :

homéopathie

Je pense que le tout c’est de trouver THE médecin homéo, le bon quoi et par chance je l’ai trouvé ! Un médecin homéopathe mais avec une particularité : ce médecin est dyslexique et HP (haut potentiel) ! Oui dans mon contexte ça a toute son importance car qui de mieux pour comprendre mes deux fantastiques…le rôle principal du médecin homéopathe étant de comprendre ce qui a pu générer le mal-être ou la maladie puis de définir un profil homéopathique pour donner une réponse individuelle. Ce médecin, qui voit sa dyslexie comme une chance dans son métier, fait ses diagnostics à la vitesse de l’éclair !

Expérience homéo avec mini Fantadys la terreur

Le premier RDV chez l’homéo pour mini fantadys a été quelque peu surprenant !  Au départ je suis venue pour des problèmes de laryngites à répétition avec prise de cortisone toutes les 3 semaines et même un petit tour aux urgences l’année dernière. Je m’attendais à ressortir avec une liste de petites granules au cas où mini fasse une crise. Il a dû me poser deux ou trois questions, j’ai dit deux ou trois phrases, il a beaucoup observé mini, puis s’est mis à écrire et a posé l’ordonnance devant moi.

C’est tout ? 1 tube de granule, 1 seul ! Je me suis dit : expéditif ! Puis il a ajouté : « vous revenez me voir dans 15 jours et on en parle ». J’ai compris plus tard que son premier objectif était d’établir son profil homéopathique…

J’ai donc donné les petites granules à Mini qui s’est transformé….en MONSTRE ! Au bout des 15 jours, je suis retournée voir l’homéo en lui expliquant que ma vie avait été un enfer pendant ces derniers jours et il m’a dit : »chouette ! on a validé le profil, votre enfant est un CINA. » (l’aggravation des symptômes est souvent normal en homéopathie et même plutôt bon signe !) et là il m’a décrit mon fils comme s’il le connaissait depuis toujours : « c’est un enfant anxieux, qui a beaucoup de peurs surtout la nuit et qui  se réveille en sursaut avec des cris ou des pleurs, un enfant qui réagit beaucoup à la nouvelle lune, qui ne supporte pas les contradictions et le regard d’autrui, qui est souvent de mauvaise humeur avec des comportements insupportables », en gros un terrible et surtout un enfant qui épuise ! Oui, oui c’est bien lui !

Sauf qu’à la base j’étais venue pour les laryngites, vous vous souvenez ? Et là il m’a expliqué que son profil correspondait aussi à des enfants qui faisaient beaucoup de laryngites, d’accord ! je comprends mieux ça va dans le package ! Donc en améliorant son état par le biais de Cina, on allait aussi améliorer ces manifestations corporelles. Malgré tout, je restais inquiète en cas de crise, que faire quand je suis réveillée en pleine nuit par une toux aboyante, que mon enfant étouffe et que je dois filer dans la salle de bain faire couler un bain d’eau chaude histoire de créer de la vapeur pour qu’il puisse respirer ? Jusqu’à présent, j’avais toujours mon flacon de cortisone à portée de main, pour moi c’était indispensable ! Il m’a répondu : « Madame, ayez confiance en mon traitement et ne donnez plus de cortisone ».

Donc pour ce deuxième rendez-vous je suis partie avec les granules Cina à donner 1 fois par semaine mais aussi toute une liste de granules pour les tracas de l’hiver. A la maison j’ai donc ma feuille de route, que je garde toujours près de moi. Je sais du coup quoi donner en cas de rhumes, écoulement clair ou jaunâtre, laryngites, infections….

Vous allez me dire c’est bien mais pourquoi t’y crois finalement ? parce que je ne crois que ce que je vois  !

Donc quelque temps après ce RDV, Mini Fantadys nous a refait une crise de laryngite et là je me suis remémorée les paroles de l’homéo : »faites confiance dans mon traitement et ne donnez plus de cortisone ». J’ai donc respiré un grand coup, tenté de garder mon calme et je ne lui ai donné que les granules pour la laryngite. Je suis quand même allée dans la salle de bain avec lui pour faire couler de l’eau chaude et humidifier l’air et nous avons attendu qu’il aille mieux. C’était difficile, il respirait mal, j’ai eu peur, mais j’ai patienté… Au bout d’un moment, il s’est calmé, a commencé à mieux respirer. Nous avons donc décidé de retourner nous coucher et nous nous sommes allongés tous les deux, lui en position relevée pour qu’il respire mieux. Certes nous n’avons pas très bien dormi mais j’avais réussi, je ne lui avais pas donné de cortisone ! Et depuis nous ne lui en avons plus jamais redonné !

Vous y croyez maintenant ? 

Je vais m’arrêter là pour le moment sinon vous allez décrocher mais dans le deuxième épisode de cette « parenthèse homéo », je vous parlerai de l’histoire de Léo et là vous vous dites : quoi ? elle ne va pas me dire que l’on peut soigner la dyspraxie avec de l’homéopathie ?

Non je ne vais pas vous dire ça mais vous montrer que l’on peut accompagner la dyspraxie avec l’homéopathie, nuance !

Suite au prochain épisode….